conseil de sécurité

Le Liban s’est abstenu de voter hier la déclaration présidentielle du Conseil de sécurité de l’Onu condamnant la répression en Syrie. Aussitôt, les voix du 14 mars se sont élevées contre cette attitude qualifiée de prolongement de la tutelle syrienne. Mais qu’auraient dit ces mêmes voix si le Liban avait voté contre cette déclaration, rendant impossible son adoption car sleon les statuts de l’Onu, elle ne doit pas faire l’objet d’un vote hostile. En somme, le Liban a, à sa manière, rendu possible l’adoption de cette déclaration, sans faillir à ses engagements régionaux et sans violer l’accord de Taëf et la Constitution qui exige des relations privilégiées avec la Syrie. Cette position subtile dépasse sans doute l’entendement des personnalités du 14 mars. On ne peut pas trop leur demander non plus.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s